>

>

L'Église Saint-Laurent à Réaup

L'ÉGLISE SAINT-LAURENT À RÉAUP

Saint Laurent, diacre et martyr, est fêté le 10 août et célébré localement le second dimanche d'août.

Sous l'Ancien Régime, cette paroisse faisait partie du diocèse de Condom. Dans leur projet de circonscription de 1792, les Constitutionnels lui conservèrent son titre de cure. En 1803, elle a été érigée en succursale du canton de Mézin.

L'ancienne église, située au sud-ouest du village, près du cimetière de Beaulieu, comportait une chapelle dédiée à Sainte Radegonde et, chaque année le 13 août, fête de la sainte, une procession était organisée à la fontaine proche de l'église, dont l'eau était bénite par le curé et recueillie par les fidèles car, selon la tradition populaire, elle était réputée « rendre bonnes nourrices les jeunes mères ou encore de rendre la fertilité aux jeunes mariés sur lesquelles des sorcières avaient jeté un sort ». Cette dévotion n'a pas survécu au déplacement de l'église.

L'église avait été déclarée en très mauvais état en 1821. Un terrain est alors acheté par la commune au centre du village de Réaup pour réédifier l'église et le presbytère. L'église est reconstruite à partir de 1833 par Barthélemy LAFFITTE, maçon à Poudenas, et Bernard DESCOMPS, charpentier à Poudenas, sur les plans de Gustave BOURIERES, architecte du département.

L'édification de la chaire a été décidée par le conseil municipal le 16 mars 1845. Le clocher a été réparé en 1879. La charpente et le lambris de couvrement sont refaits entre 1921 et 1926 par monsieur GAROTTE, charpentier à Mézin. L'église comprend une chapelle nord dédiée à St Joseph et une chapelle sud dédiée à la Vierge.

Le clocher mur présente un seul emplacement pour une cloche. L'audit a mis en évidence plusieurs points :

  • la nécessité de sécuriser l'accès au clocher et à la cloche elle-même,
  • la corrosion du battant et l'usure de la ceinture en cuir le reliant à la cloche,
  • la présence d'un mouton en bois et métal très original mais dont les ferrures étaient corrodées et dont l'assise des axes était très vétuste dans des niches maçonnées, sans paliers à roulements à billes.
  • une bélière fragilisée dont la rupture risquerait d'entraîner la chute du battant.

La cloche est plus ancienne que l'église puisqu'elle date du 16è siècle. Elle est d'un diamètre de 635 mm et pèse environ 150 kg. Sa « note au coup » est un « DO octave 4 » avec la fondamentale à 521 Hz (fréquence de référence).

Dans son document d'audit, l'entreprise BODET précise que les textes figurant sur cette cloche sont rédigés en gothique « textura », aussi appelé « littera textura » ou « littera formata » une graphie de l'alphabet latin apparue à la fin du Moyen Âge. Utilisée à partir du milieu du XIIè siècle, elle devient l'écriture de l'Europe occidentale au XIIIè siècle. Au XVè siècle, c'est le premier type de caractère utilisé dans l'imprimerie (édition de la Bible).

Les inscriptions sont trop usées pour être déchiffrées. On distingue cependant une croix et la mention « IHS ».

Site réalisé par IntraMuros SAS | Mentions légales | CGU | Copyright 2022 | Gérer mes cookies 🍪