Des monuments aux morts en mémoire de...

Des monuments aux morts en mémoire des Poilus

Chaque année, lors des cérémonies commémoratives du 11 novembre, le maire de la commune de Réaup et le maire délégué de la commune de Lisse procèdent à l'énumération des noms inscrits sur les deux monuments aux morts des communes de Réaup et de Lisse afin de rappeler leur sacrifice.

Dès 1919, la commune de Lisse a lancé son projet de monument aux morts en créant un comité chargé de sa réalisation et en lançant un appel à dons. En 1921, la commune de Réaup entreprend à son tour les démarches pour la réalisation de son monument aux morts.

Sur les monuments aux morts de Réaup et de Lisse sont gravés 38 noms au titre de la « Grande Guerre » : 26 à Réaup et 12 à Lisse. Un nom est mentionné à la fois sur celui de Réaup et sur celui de Lisse (PRÉVOT Pierre), ce qui ramène à 37 le nombre d'inscrits au titre de la guerre 1914/1918 sur les deux monuments.

Cinquante pour cent de nos « Morts pour la France » sont natifs de Réaup ou de Lisse : 14 sont nés à Réaup, 4 à Lisse, 8 dans d'autres communes du Lot-et-Garonne, 5 dans les Landes, 3 dans le Gers, 1 dans les Pyrénées Atlantiques et 1 en Corrèze.
A la déclaration de guerre, le 1er août 1914, deux de ces hommes n'avaient pas dix-huit ans (l'un avait seize ans et l'autre dix-sept ans), tandis que le plus âgé avait un peu moins de trente-six ans. Celui qui est décédé le plus jeune avait 20 ans. Il avait devancé l'appel puisqu'il appartenait à la classe 1917 et qu'il avait été incorporé en 1915.
Seize d'entre eux ont laissé derrière eux une veuve et nous avons pu recenser seize orphelins de père.
On compte parmi eux un officier (lieutenant), deux sergents et quatre caporaux, les vingt-neuf autres étant soldats de 2e classe.
Pratiquement tous servaient dans des régiments d'infanterie dont un régiment d'infanterie territoriale et deux régiments d'infanterie coloniale. Un servait dans un régiment de zouaves, un autre dans un régiment de cuirassiers à pied, un troisième dans un groupe de chasseurs cyclistes et un dernier dans un bataillon de chasseurs à pied.
Cinq d'entre eux sont morts au 20e Régiment d'Infanterie, cinq au 220e Régiment d'Infanterie, deux au 11e Régiment d'Infanterie, deux au 15e Régiment d'Infanterie, deux au 53e Régiment d'Infanterie et deux au 88e Régiment d'infanterie.
Dix d'entre eux sont décédés dès 1914, c'est-à-dire dans les cinq premiers mois de la guerre.
Neuf sont décédés en 1915, trois en 1916, sept en 1917, six en 1918 et un en 1919.
Ils ont combattu et sont morts en tous points du front : trois ont été tués en Belgique, un en Albanie, un dans chacun des départements du Pas-de-Calais, de la Somme, de l'Aisne et de l'Oise, mais c'est dans l'Est de la France qu'ils ont payé le plus lourd tribut avec quatre morts en Meuse et onze dans la Marne.
Pour treize d'entre eux nous n'avons pas de précision sur le lieu de leur dernier engagement car douze sont décédés dans des hôpitaux et un en captivité en Allemagne.

Voici la liste des inscrits sur le monument aux morts de Réaup : Noël BERNADET, Soldat de 2ème classe au 11ème Régiment d'Infanterie, âgé de 26 ans, Baptiste BOURNEL, Soldat de 2ème classe au 20ème Régiment d'Infanterie, âgé de 29 ans, Léopold CAUMONTAT, Soldat de 2ème classe au 5ème Groupe de Chasseurs Cyclistes, âgé de 29 ans, Jean COURADJUT, Soldat de 2ème classe au 208ème Régiment d'Infanterie, âgé de 37 ans, Paul DAVASSE, Soldat de 2ème classe au 220ème Régiment d'Infanterie, âgé de 34 ans, Louis DESCAT, Soldat de 2ème classe au 131ème Régiment d'Infanterie Territoriale, âgé de 36 ans, Laurent DUCAUZE, Sergent au 14ème Régiment d'Infanterie, âgé de 26 ans, Justin DUMEOU, Soldat de 2ème classe au 12ème Régiment d'Infanterie, âgé de 29 ans, Génus FOURÈS, Soldat de 2ème classe au 53ème Régiment d'Infanterie, âgé de 33 ans, Jean GAROSTE, Caporal au 20ème Régiment d'Infanterie, âgé de 30 ans, Alfred GOURRIN, Soldat de 2ème classe au 20ème Régiment d'Infanterie, âgé de 35 ans, Joseph JOB, Soldat de 2ème classe au 2ème Régiment d'Infanterie, âgé de 21 ans, Toussaint JOB, Sergent au 11ème Régiment d'Infanterie, âgé de 22 ans, Jules JOB, Soldat de 2ème classe au 220ème Régiment d'Infanterie, âgé de 29 ans, Auguste JOIRET, Soldat de 2ème classe au 43ème Régiment d'Infanterie, âgé de 33 ans, Pierre JOURDAN, Soldat de 2ème classe au 2ème Régiment de Zouaves, âgé de 27 ans, Pierre LACLAVERIE, Lieutenant au 33ème Régiment d'Infanterie Coloniale, âgé de 32 ans, Albert LAMORE, Soldat de 2ème classe au 321ème Régiment d'Infanterie, âgé de 24 ans, Joseph MENNE, Soldat de 2ème classe au 220ème Régiment d'Infanterie, âgé de 29 ans, Camille PRÉVOT, Soldat de 2ème classe au 220ème Régiment d'Infanterie, âgé de 29 ans, Albert SARY, Soldat de 2ème classe au 372ème Régiment d'Infanterie, âgé de 21 ans, Léon SAINT-MARTIN, Soldat de 2ème classe au 143ème Régiment d'Infanterie, âgé de 34 ans, Urbain SOUBIRAN, Soldat de 2ème classe au 53ème Régiment d'Infanterie, âgé de 33 ans, Laurent VERDIER, Caporal au 15ème Régiment d'Infanterie, âgé de 32 ans, Gabriel VIDAL, Soldat de 2ème classe au 251ème Régiment d'Infanterie, âgé de 34 ans.
Il faut souligner qu'une famille a été particulièrement touchée puisque trois frères (Jules, Joseph et Toussaint JOB), et leur beau-frère, mari de leur sœur, (Pierre LACLAVERIE) sont décédés au cours de ce conflit mondial !
Nous avons sorti de cette liste le Docteur Pierre, Claude MORA, âgé de 62 ans, qui est inscrit sur le monument sous la forme « MORA docteur », mais qui n'est pas recensé sur le site officiel « Mémoire des Hommes ». La raison de son inscription demeure un mystère, car aucun document n'a pu être trouvé à ce sujet. Il a simplement été constaté que ce médecin était domicilié à Réaup lorsqu'il est décédé pendant la guerre.
Sur le monument aux morts de Lisse sont inscrits : Jean SAINT-MARTIN, Soldat de 2ème classe au 20ème Régiment d'Infanterie, âgé de 25 ans, Adrien BACHERE, Soldat de 2ème classe au 7ème Bataillon Alpin de Chasseurs à Pied., âgé de 21 ans, Noë SEGUES, Soldat de 2ème classe au 9ème Régiment d'Infanterie, âgé de 24 ans, André BALLETON, Caporal au 88ème Régiment d'Infanterie, âgé de 23 ans, Guillaume DARROUY, Soldat de 2ème classe au 15ème Régiment d'Infanterie, âgé de 23 ans, Gaston MANGANOU, Soldat de 2ème classe au 172ème Régiment d'Infanterie, âgé de 34 ans, Pierre CHARLAT, Soldat de 2ème classe au 220ème Régiment d'Infanterie, âgé de 36 ans, Paul LANDIE, Soldat de 2ème classe au 9ème Régiment de Cuirassiers, âgé de 20 ans, Ismaël SEGUES, Marsouin de 2ème classe au 2ème Régiment d'Infanterie Coloniale, âgé de 29 ans, Camille PRÉVOT, Soldat de 2ème classe au 220ème Régiment d'Infanterie, âgé de 29 ans, Germain DARROUY, Soldat de 2ème classe au 88ème Régiment d'Infanterie, âgé de 22 ans,  Jean BARSIOUGUES, Soldat de 2ème classe au 20ème Régiment d'Infanterie, âgé de 32 ans.

Pour compléter cet hommage aux trente-six soldats « Morts pour la France » inscrits sur les monuments aux morts de Réaup et de Lisse, dont nous avons pu retrouver la trace sur le site « Mémoire des Hommes », nous pouvons également évoquer la mémoire de Florentin LARROQUE, Soldat de 2e classe au 33e Régiment d'Infanterie, âgé de 20 ans, qui fait partie des « Morts pour la France » inscrits sur le registre d'état-civil de Réaup, de Louis, Jean TARRIT, Soldat de 2e classe au 214e Régiment d'Infanterie, âgé de 30 ans, né au lieu-dit « Crieuré » à Réaup, de Pierre Marcelin DAUBA, Soldat de 2e classe au 34e régiment d'infanterie, 28 ans qui résidait à Réaup au début de la guerre, et de (Antonin) Antoine LARROUX, Soldat de 2e classe au 280e Régiment d'Infanterie, âgé de 32 ans, qui est inhumé au cimetière de Lisse mais inscrit sur le monument aux morts de Durance.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur chacun d'entre eux, vous pouvez télécharger le fichier joint ici : Dossier complet

Site réalisé par IntraMuros SAS | Mentions légales | CGU | Copyright 2022 | Gérer mes cookies 🍪